Kinshasa - RD Congo : lundi, 21 septembre 2020 -

Information continue en RD Congo et dans le monde

Faune et Flore
Google se réorganise et devient «Alphabet» : 
Ne dites plus Google mais « Alphabet ». Toutes les sociétés du géant des nouvelles technologies seront désormais représentées sous ce nouveau nom. Alphabet devient la « maison-mère » de toutes les activités de l'entreprise américaine. L'objectif affiché de ses dirigeants est d'être plus transparents et plus inventifs. Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio Lorsque Google devient « Alphabet », les fées de la finance se penchent sur le berceau de la nouvelle entité. Ce changement de nom marque une restructuration du géant des nouvelles technologies. Le monde entier connaît le moteur de recherche, la messagerie Gmail ou encore la pateforme de vidéos YouTube. Mais la société se diversifie en permanence avec certains produits que l'on n'associe pas forcément à Google, comme Calico qui travaille sur des médicaments contre le vieillissement ou la recherche contre le cancer. La dernière innovation du géant internet américain, la Google Car, la voiture sans chauffeur, est expérimentée en ce moment aux Etats-Unis. La Bourse salue cette annonce Google est donc une société en permanente évolution, et qui craignait de perdre en visibilité. C'est ainsi, expliquent les fondateurs, que l'idée d'Alphabet est née. L'objectif affiché de la direction en Californie est la transparence, qui doit permettre de rassurer le monde de la finance et d'attirer les investisseurs. C'est manifestement pari gagné. Car si cette annonce-surprise a été faite, comme c'est la tradition, à la fermeture de Wall Street lundi, le titre Google a bondi de plus de 7% après la clôture. Le nouveau Google conservera notamment le moteur de recherche, les activités publicitaires, YouTube, le système d'exploitation mobile Android, les cartes Maps ou encore Gmail. Les activités annexes, plus éloignées de son cœur de métier comme Calico ou Nest (objets connectés), seront elles regroupées au sein d'Alphabet. La holding Alphabet sera dirigée par Larry Page, le co-fondateur et directeur général actuel de Google qui cèdera sa place à l'actuel vice-président du groupe Sundar Pichai. Et elle sera cotée en Bourse en lieu et place de Google. Avec RFI.fr
(mardi 11 aot 2015.)
Le titulaire d'un compte Facebook peut désormais choisir un e-héritier : 
Facebook annonce ce 12 février 2015 le déploiement d'une nouvelle fonction : celle-ci permet aux membres du réseau social de désigner une personne qui sera chargée de gérer leur compte après leur décès.   Cette fonction, Legacy Contact, n'est pour le moment accessible qu'aux Etats-Unis mais Facebook va la déployer petit à petit dans d'autres pays. Elle apparaît dans la partie sécurité des paramètres du compte et permet de choisir un contact qui « héritera » dudit compte. Cette personne peut être un membre de la famille ou un ami, peu importe. Une fois désignée, elle sera avertie par un message et devra donner, ou non, son accord.   Dès que Facebook sera averti du décès d'un de se membres, sa page sera transformée en mémorial et l'expression « Remembering » (en souvenir de) apparaîtra au-dessus du nom du titulaire du compte. Son contact désigné pourra alors y épingler un dernier message en haut de sa Timeline, accepter de nouvelles demandes « d'amis », mettre à jour les photos de profil et de couverture.   Il ne pourra en revanche pas se connecter comme le titulaire de la page et voir ses messages privés. Enfin, si le titulaire du compte l'y autorise, le contact « héritier » pourra aussi récupérer une archive de tout ce qui aura été partagé sur ce compte Facebook (photos, messages et contenu du profil).   Cette nouvelle possibilité s'ajoute à ce que proposait déjà Facebook : à savoir la suppression pure et simple du compte ou sa transformation en mémorial.   @01net.com
(jeudi 26 fvrier 2015.)
Microsoft Word et Powerpoint accessibles gratuitement depuis les mobiles : 
Microsoft a annoncé jeudi la mise à disposition gratuite sur les smartphones et tablettes d'une version allégée de ses produits vedettes, la suite Office regroupant le traitement de texte Word, le tableur Excel et les présentations PowerPoint. L'ouverture d'Office à l'écosystème du grand rival Apple avait été l'une des premières grandes ruptures imposées par le nouveau patron du groupe informatique américain, Satya Nadella: une application Office pour la tablette iPad avait été lancée fin mars. Payer pour des fonctionnalités élargies uniquement Son utilisation nécessitait toutefois jusqu'à présent le paiement d'un abonnement à Office 365, la version dématérialisée en ligne de la suite de bureautique.L'application mobile d'Office sera désormais utilisable gratuitement, même si Microsoft souligne dans l'un de ses blogs officiels que l'abonnement à Office 365 permettra d'accéder à «des fonctionnalités d'édition et de collaboration élargies, un stockage illimité sur OneDrive, une intégration avec (le service de stockage en ligne concurrent) Dropbox et une série d'autres avantages». Une version adaptée à l'iPhone L'abonnement reste également nécessaire pour utiliser les logiciels d'Office sur un ordinateur classique. Outre l'application pour iPad qui, selon Microsoft, a déjà été téléchargée plus de 40 millions de fois, une version adaptée à l'iPhone d'Apple est également lancée jeudi.Microsoft promet aussi pour l'an prochain une autre application Office pour les tablettes de diverses marques utilisant le système d'exploitation Android de Google, ainsi qu'une version optimisée pour son prochain système d'exploitation Windows 10. Plus d'un milliard d'utilisateurs Microsoft revendique plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde pour Office, qu'il vendait traditionnellement sur supports physiques (disquettes, puis CD) mais qu'il s'efforce de plus en plus de proposer sous forme d'abonnement en ligne (Office 365) car cela représente une source de revenus plus régulière (Avec 20minutes.fr)  
(samedi 08 novembre 2014.)
L'ambitieux projet anti-cancer de Google : 
Pour permettre de diagnostiquer le cancer avec précision, le géant internet américain Google a dévoilé mardi un nouveau projet de recherche. Il sera question pour une équipe de scientifiques d'étudier la possibilité d'utiliser les nanoparticules dans la détection de la maladie. "Les nanoparticules pourraient être ingérées sous la forme de comprimés afin de pénétrer dans le sang," explique la firme américaine dans une note de présentation du projet. "Elles seraient conçues pour repérer et se fixer sur un type particulier de cellules, comme les cellules tumorales." L'étape suivante, le diagnostic à proprement parler, consistera à associer les nanoparticules ingérées "à un objet connecté équipé de capteurs spéciaux". Selon les précisions de Google, différentes techniques de transmission non invasives, comme les ondes radio ou lumineuses, sont étudiées dans le cadre de la recherche. "Nous proposerons la technologie sous contrat de licence à des partenaires, afin qu'il développent des produits dont l'efficacité et la sécurité pourront être testés lors d'essais cliniques", indique encore le groupe américain. Le projet est piloté par "Google X", la branche du géant internet travaillant sur des projets futuristes comme les voitures sans chauffeur (Google Car), les lunettes interactives (Google Glass), ou le projet Loon utilisant des montgolfières comme relais internet. (Avec BBC)
(mardi 28 octobre 2014.)
Le nom de domaine "Ebola.com" vendu pour plus de 170 000 euros : 
Le malheur des uns fait le bonheur des autres. L'épidémie d'Ebola a permis aux propriétaires du nom du site internet Ebola.com de réaliser une belle opération financière en revendant leur nom de domaine pour plus de 200 000 dollars (170 000 euros), vendredi 24 octobre. Le vendeur du nom Ebola.com est l'entreprise Blue String Ventures, basée dans le Nevada, qui se décrit comme une société investissant dans des noms de domaine et de marques sur internet. L'acheteur est une société établie en Russie, appelée WeedGrowthFund, connue auparavant sous le nom de Ovation Research.  Le site Ebola.com contient des articles sur la maladie et des réponses aux questions les plus fréquentes sur la fièvre hémorragique qui a causé la mort de près de 4 900 personnes depuis le début de l'année. La société a déboursé 50 000 dollars (40 000 euros) en liquide, ainsi que 19 192 actions de la société Cannabis Sativa, qui promeut l'usage médical de la marijuana, pour un montant de près de 170 000 dollars (134 000 euros). Les raisons derrière la vente du nom de domaine ne sont pas connues, mais le patron de Cannabis Sativa, l'ancien gouverneur du Nouveau-Mexique GaryJohnson, a déclaré publiquement penser que le cannabis pourrait être utile dans les traitements pour soigner le virus de la fièvre hémorragique. (Avec francetvinfo)
(samedi 25 octobre 2014.)
Facebook annonce ce 12 février 2015 le déploiement d’une nouvelle fonction : celle-ci permet aux membres du réseau social de désigner une personne qui sera chargée de gérer leur compte après leur décès.
 
Cette fonction, Legacy Contact, n’est pour le moment accessible qu’aux Etats-Unis mais Facebook va la déployer petit à petit dans d’autres pays. Elle apparaît dans la partie sécurité des paramètres du compte et permet de choisir un contact qui « héritera » dudit compte. Cette personne peut être un membre de la famille ou un ami, peu importe. Une fois désignée, elle sera avertie par un message et devra donner, ou non, son accord.
 
Dès que Facebook sera averti du décès d’un de se membres, sa page sera transformée en mémorial et l’expression « Remembering » (en souvenir de) apparaîtra au-dessus du nom du titulaire du compte. Son contact désigné pourra alors y épingler un dernier message en haut de sa Timeline, accepter de nouvelles demandes « d’amis », mettre à jour les photos de profil et de couverture.
 
Il ne pourra en revanche pas se connecter comme le titulaire de la page et voir ses messages privés. Enfin, si le titulaire du compte l’y autorise, le contact « héritier » pourra aussi récupérer une archive de tout ce qui aura été partagé sur ce compte Facebook (photos, messages et contenu du profil).
 
Cette nouvelle possibilité s’ajoute à ce que proposait déjà Facebook : à savoir la suppression pure et simple du compte ou sa transformation en mémorial.
 
@01net.com
Publié dans Technologie

"Nous avons besoin de maîtriser le virus Ebola à court terme pour qu'il ne se développe pas davantage et ne devienne pas une crise sanitaire mondiale de long terme", assure le PDG de Facebook.

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg et sa femme Priscilla Chan ont annoncé mardi 14 octobre sur le réseau social qu'ils donnaient 25 millions de dollars aux Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) pour les aider à combattre l'épidémie d'Ebola.
"L'épidémie d'Ebola se trouve à un tournant critique. Le virus a contaminé (8.900) personnes jusqu'à présent, mais il se répand très rapidement et certains prédisent qu'il pourrait contaminer 1 million de personnes, voire plus, d'ici plusieurs mois si rien n'est fait pour le combattre", a expliqué le jeune patron du réseau social, âgé de 30 ans.
"Nous avons besoin de maîtriser le virus Ebola à court terme pour qu'il ne se développe pas davantage et ne devienne pas une crise sanitaire mondiale de long terme que nous devrons combattre pendant des décennies à une large échelle, comme le VIH ou la polio", a-t-il ajouté dans un billet sur le réseau.

Kinshasa, 15/10/2014 (nouvelobs.com via Aucongo.cd)

Publié dans Santé

Facebook a officiellement annoncé jeudi 27 mars la mise en place de son « Connectivity Lab » : une appellation qui désigne une équipe de recherche dont le but est de trouver des nouveaux moyens d'apporter une connexion Internet aux régions qui n'y ont pas encore accès.

« L'équipe du Connectivity Lab a travaillé sur différentes plateformes pour fournir du réseau depuis le sol, les airs, et l'espace », peut-on lire dans un communiqué publié sur Internet.org, une initiative lancée en août 2013 par Mark Zuckerberg, dont le but est de fournir un accès à Internet aux deux tiers de la population mondiale qui n'y ont pas encore accès.

L'équipe du Connectivity Lab de Facebook comprend, entre autres, des experts de la NASA et les cinq salariés de l'entreprise britannique Ascenta, spécialisée dans les avions solaires capables de parcourir de longue distance.

Parmi les projets envisagés, détaillés sur Internet.org, est évoquée l'utilisation de satellites et de drones solaires. Ces derniers seraient capables de se maintenir un mois en vol à 20 000 mètres d'altitude et de servir de relais Internet.

Les équipes de Facebook expliquent travailler également sur un système laser infrarouge permettant de transmettre des données à ces engins. Ces détails font suite à plusieurs informations parues dans la presse spécialisée début mars, selon lesquelles Facebook avait en vue le rachat du fabricant de drones solaires Titan Aerospace.

Le géant de l'Internet Google a un projet un peu similaire pour lequel il a déjà effectué des tests. Ainsi des montgolfières sont testées pour fournir un accès à Internet aux zones peu densément peuplées.

Kinshasa, le 28/03/2014 (Le Monde via Aucongo)

Publié dans Technologie

Bien décidé à se différencier à se repositionner comme un géant du web à part entière, Yahoo vient d’annoncer à l’agence de presse, Reuters, que très bientôt, il ne serait plus possible pour les utilisateurs de s’identifier via leur compte Google ou Facebook afin d’accéder à leurs services. Une option qui était pourtant bien pratique.

D’après les déclarations de leur PDG et porte-parole, Marissa Mayer, cette décision aurait pour but de :

Offrir une expérience utilisateur plus personnalisée à nos membres.

Plus question d’accéder aux services de Yahoo via Google ou Facebook

Bien que cette initiative visant à supprimer l’identification via un compte Google ou Facebook pourrait laisser supposer d’une volonté de Yahoo, numéro un du trafic web aux USA de mieux s’imposer, face à ses concurrents, tout en suggérant à l’utilisateur que ses services sont désormais suffisamment attractifs pour le satisfaire sans qu’il ait besoin d’aller chercher ailleurs, il apparaît néanmoins que ce serait pas la seule motivation du moteur de recherche.

Certains sites américains suggèrent ainsi que Yahoo chercherait également à réaliser des économies au niveau des serveurs en se concentrant exclusivement sur les membres disposant d’un compte utilisateur, laissant ainsi de côté ceux qui se connectent exclusivement à l’aide de leur compte Facebook ou Google au profit de ceux qui acceptent de jouer le jeu en adhérant à leurs services.

Si dans l’immédiat, il est prévu que cette option disparaisse seulement au sein du service, « Yahoo Sports Tourney Pick ‘Em, »,  à terme, le bouton « S’identifier avec Facebook ou Google » sera progressivement retiré de tous les services de Yahoo ! Utilisez-vous régulièrement leur moteur de recherche ou des services comme Yahoo Mail ?

Kinshasa, le 05/03/2014 (phonandroid.com via aucongo.cd)

Publié dans Technologie

Trois jours seulement après son rachat à prix d'or par le réseau social Facebook, le service de messagerie mobile WhatsApp était en panne samedi 22 février, un problème qui semblait affecter les utilisateurs un peu partout dans le monde.

Sur son compte Twitter, assailli par les plaintes d'abonnés, WhatsApp a reconnu dans un message succinct qu'il avait des problèmes. En lançant l'application WhatsApp de son smartphone, il était impossible de s'y connecter et d'accéder à ses conversations, d'envoyer ou de recevoir des messages. La panne semblait être résolue samedi soir : WhatsApp service has been restored. We are so sorry for the downtime...

 Kinshasa, 23/02/2014 (lemonde.fr via Aucongo.cd)

Publié dans Technologie

Facebook a annoncé mercredi l'achat de l'application de messagerie instantanée WhatsApp pour 16 milliards de dollars, l'acquisition la plus importante de l'histoire du premier réseau social mondial, qui vient de fêter ses 10 ans.

Sur ce total, 4 milliards de dollars seront versés en numéraire et les 12 milliards restant en actions Facebook. Le groupe prévoit en outre de verser 3 milliards de dollars en actions aux fondateurs et aux salariés de WhatsApp sur une période de quatre ans après le bouclage de l'opération.

"WhatsApp est en passe de connecter un milliard de personnes. Les services qui atteignent ce niveau ont tous une valeur incroyable", a commenté le PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

"WhatsApp a construit un service de messagerie mobile en temps réel qui a une position de leader et qui croît très vite", souligne également Facebook dans son communiqué. Le groupe relève que le service compte plus de 450 millions d'utilisateurs mensuels, dont 70% sont actifs quotidiennement, et que plus d'un million de personnes ouvrent un compte chaque jour.

Le volume de messages envoyés approche pour sa part "le volume entier des SMS des opérateurs télécoms mondiaux", assure-t-il.

Les investisseurs semblaient moins enthousiastes à la Bourse de New York, où l'action Facebook reculait de 4,50% à 65 dollars vers 22H30 GMT dans les échanges électronique suivant la clôture de la séance officielle.

Kinshasa, 20/02/2014 (France 24 via Aucongo)

Publié dans Technologie
lundi, 03 février 2014 16:24

Facebook : l'Afrique, terre d'avenir

Facebook fête ses dix ans d'existence le 4 février avec un bilan flatteur de 1,12 milliard d'utilisateurs dans le monde. Mais alors que sa formidable croissance semble sur le point de ralentir, l'entreprise de Mark Zuckerberg cherche des relais en Afrique, qui reste l'un de ses marchés les plus prometteurs.

Les empires du web peuvent-ils s'effondrer aussi vite qu'ils se sont bâtis ? Selon une récente étude de deux chercheurs de l'université de Princeton aux États-Unis, Facebook devrait perdre 80% de ses utilisateurs entre 2015 et 2017. Rapidement contestée, cette projection s'appuie cependant sur une solide tendance : le réseau social est en nette perte de vitesse chez les adolescents américains.

Mais en Afrique, pour l'instant, Facebook ne rencontre pas ce genre de problèmes. Au contraire : le réseau social y progresse à grande vitesse : 54 millions d'utilisateurs en 2013 contre 37 millions en 2011.

Les utilisateurs de Facebook en Afrique

Les utilisateurs de Facebook en Afrique | Infographics

Le top 5 des pays les plus connectés sur Facebook en 2013 (source : Social bakers) est le suivant : avec 13 810 420 utilisateurs, l'Égypte devance l'Afrique du Sud (5 497 940), le Maroc (5 363 540), le Nigeria (5 288 700) et l'Algérie (4 510 600). Les moins connectés au réseau social sont São Tomé et Principe, les Comores, l'Érythrée, les Seychelles, Mayotte, la Guinée équatoriale et le Tchad.

Pour autant, le continent africain, même si la concurence s'y développe aussi, reste le marché le plus prometteur pour le géant américain : seul 5 % de la population y possède un compte actif. "Les pays en voie de développement représentent la plus grande opportunité d'obtenir de nouveaux clients, si les entreprises trouvent les moyens de mettre ces gens en ligne à bas prix", explique le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

C'est dans cette optique que son entreprise, associé à six grands noms de l’industrie mobile dont Samsung et Nokia, a lancé une initiative visant à fédérer les moyens techniques qui permettront de proposer un accès Internet et des terminaux abordables à ceux qui n’en bénéficient pas encore, soit les deux tiers de la population mondiale.

Intitulé "Internet.org", le projet se fixe trois objectifs. Tout d’abord, organiser une collaboration technique en vue de développer des smartphones peu coûteux. Ensuite, travailler à réduire la consommation des données nécessaires à la navigation mobile et à l’usage d’applications, en utilisant des techniques de compression et de mise en cache des données. Enfin, soutenir des initiatives qui contribueront à atteindre ces objectifs et travailler notamment à la localisation des systèmes d’exploitation afin qu’ils prennent en charge un plus grand nombre de langues.

"Si vous pouvez vous offrir un téléphone, je pense qu'il est bon pour vous également d'avoir accès à Internet", a estimé Mark Zuckerberg en prenant fait et cause pour l'Afrique dans un article du New York Times daté du 20 août 2013. Avec 600 millions d'abonnés mobiles prévus en 2016, et un taux de pénétration supérieur à 40%, le continent africain est celui qui affiche la plus forte dynamique mondiale. Pas étonnant que Facebook s'y intéresse de si près.

Kinshasa, le 03/02/2014 (Jeuneafrique via AuCongo)

Publié dans Technologie

Offres d'emploi

Bourses d'études

Kinshasa - RD Congo : 21 septembre 2020.

Restez connecté(e) :




Copyright © AuCongo.net, 2020 - Tous droits réservés. Un produit de NSAT Sprl.
Developped by IT Group

Nous suivre!:)

Cliquer Ici!

Restez informer en 1 clic!